mur avec un trou noir.png

Les Dits de Silence...

Une sélection de deux-cent-dix poèmes en vers libres.

« Les Dits de Silence » s'offrent au recueillement,

là où notre humanité se donne à lire.

Un livre qui réenchante la relation pour que la prodigalité nous revienne.

Une écriture, tel un retour à soi, en poésie.

Là où l'on se tient tout près des mots,

ensemble, solidaires et solitaires,

resserrés autour du Silence « à des fragments du chaos mêlés ». 

Fiery Sun
ramification sur un mur blanc.png

Ainsi, le Feu

Si ta maison venait à brûler, qu'emporterais tu ?

                                           J'emporterais le feu.

                                                    Jean Cocteau     

 

Ainsi, le feu

 

C'est le doute que, toujours, on convoque.

Hésitants, mais sans équivoque.

Incrédules à nos propres fulgurances.

Incertains, face aux forces qui nous poussent.

Disciples des incertitudes

qui nous brûlent et nous attirent vers l'Inconnu.

Nous vacillons, petites flammes prises

dans les vent-coulis du clair-obscur,

exposée, sans cesse, à l'appel radiant de la Nostalgie.

Transformés, et pourtant,

de plus en plus nous-mêmes.

Émiettés, réduits à rien,

et pourtant, de plus en plus total.

Tant de matière, en nous, combustible.

Ainsi, le Feu.

 

                          *

illusion d'un torrent sur de la roche.png
35.jpg

Archéen

Les premières formes de vie terrestre

seraient apparues à l'issue d'une période de pluies

qui aurait durée plusieurs centaines de millions d'années.

Nous sommes entre -4 et -2,5 GA (Giga Annum).

 

 

 Archéen

 

Un lit de roches fait rouler le magma

sur le bas-côté du monde.

L'eau fait goutte de chaque ciel,

puis torrent sur le torse des minéraux.

Onde de choc, de chaque écho, que crée

l'abrupte concrétion des rocs.

La Terre empile ses blocs,

superpose ses verticales.

Elle fixe ses ridelles de fortune

sur le mouvement des lunes.

 

Elle échafaude, scelle et agglomère

pour, enfin, libérer et faire

chutes libres des paysages.

Elle livre l'espace à l'ivresse de l'attraction

Le Très-Haut bascule, se rompt,

se dissipe et crépite en millions de molécules.

Il ensemence d'obscurs souterrains.

Les souveraines latitudes se terrent

dans les gouffres ténébreux de l'intra-terre

faisant lave de la sève terrestre.

Le monde du haut rejoint le Très-Bas.

Tout est bousculé et tout chavire.

Averse lâchée dans les eaux vives

pour faire expérience de chaque tentative.

Rien ne sera plus pareil.

La vie en état de veille.

De chaos en cataractes.

D'avens en abîmes.

Précipités de particules,

comme le nécessaire préambule

des champs d'investigations,

propices aux chants

de la matière non répertoriée.

 

Déluge sur la Terre-Mère.

Son visage dessine, à peine ressuyé,

dans le fragile limon des fondrières,

un front blessé.

Déjà, trop lourde à porter,

une couronne d'épines sur sa tête,

assertion de l'exosquelette

des premiers invertébrés.

                            *

IMG_7058 (2)_edited_edited_edited_edited.jpg
elicrise.png

Car leurs noms sont une graine

Car leurs noms sont une graineMichel Tauziède
00:00 / 01:26

Car leurs noms sont une graine

 

 

Jardins suspendus de Babylone.

Délices des Bois Sacrés.

Pommes d'or des Hespérides.

Domaine d'Arcadie.

 

En tous ces lieux,

je laisse aller mon esprit.

Alors, je fais racines de mes pieds

et parure végétale de ma tête.

 

Paradis de l'Eden.

Terres de Suzhou.

Roseraies du Roi Midas.

Vergers de Kenroku-En.

 

Des gouttes de pluie glissent

du ciel vers mes reins.

Elles suivent les larges aplats

de verdure rutilante

qui débordent de la canopée de ma poitrine.

 

Clos de Giverny.

Le Pré des Asphodèles.

Royaume des Délices.

 

Ma respiration ruisselle

et se chlorophylle.

Fragrances suaves et sonores.

 

Jardins de l'Alhambra.

Parterre d'Yggdrasil.

Rivages fleuris d'Hyperborée.

 

Quelque chose me pousse.

Parsemé,

je marche,

jardin en mouvement.

Clairsemé,

je me repose,

jardin en dormance.

                *

Sans gravité photo fond.png
19.JPG

Sans gravité

A tous les actes pudiques.

Sans gravité

Papillon

et

pétale.

Tous

deux

aériens,

légers,

discrets,

dans

leurs

chutes.

L'un

pendant

son

vol.

L'autre

depuis

son

cœur.

 *

Sans gravité_edited_edited_edited.jpg