Brindille

Brindille Valérie Dhaussy Valérie Dhaussy
00:00 / 02:14
Fleurs 009_edited.jpg
Brindille_edited.jpg

Brindille

 

Brin de rien, brindille,

pécadille.

Sur le vent, déposée là.

Ikébana.

 

La Pesée fissure le front des Cariatides,

la Charge brise l'échine des Atlantes.

L'Ancien Monde s'est écrasé, épuisé

sous sa propre masse. Émietté.

A présent, Brindille, tire-sève,

emmène la création, vers le haut,

sur des chemins de transparence ourlés de rosée,

qu'une lymphe-force abreuve.

Fille de l'air et des choses légères,

suspendue en gouttelette

à la gracieuse et éphémère

mise en scène des attractions.

 

Il y a sur ta peau impératrice,

déposée comme exosquelette,

l'arythmie d'un cœur-cicatrice

qui bat le oui, qui bat le non,

et ne fait plus avec sa tête.

Pour donner le rythme. Pour donner le ton.

Équilibre qui s'appuie sur les vertiges,

s'accoude sur les vides intercalaires,

et donne aux formes qu'emprunte l'air,

le recueil d'une cambrure, l'élégance d'une tige.

 

Et pourtant, Brindille, dernière pousse printanière,

joyau porté haut sur une couronne altière,

bousculée par cette saison que les éléments malmènent,

jetée à bas et confondue avec les feuilles mortes mêmes.

 

Un jour, ce jour, c'est sûr, un coup de vent t'emporte

et tu passes du plus haut vers le bas. Qu'importe.

Tu bascules, te plantes dans un parterre de fleurs,

et dans l'ombre, tu fais, de ta chute, un tuteur.

Qui de nous saurait de sa fragilité

offrir un support aux ipomées ?

Finir ta course dans un carré d'herbes sauvages

voilà ta dédicace et la fin de ton voyage.

Née pour tirer, vers l'azur, un houppier,

te voilà, à présent, à son pied,

comme pour s'y coucher, savent le faire

les derniers rayons d'un soleil d'hiver.

                *